Samedi Saint 2020

Après ces Jours Saints graves et solennels, après cette attente interminable du Samedi Saint, la Vigile de Pâques vient nous faire passer de l’ombre de la mort à la Lumière sans déclin de la Résurrection du Christ. Les cloches et nos voix retentissent pour clamer la Victoire du Christ. Un chant d’exultation qui semble ne plus pouvoir s’arrêter, voilà le psaume 117 que nous chanterons à la Vigile et le Jour de Pâques.

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai,
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

(Psaume 117)

Après ces Jours Saints graves et solennels, après cette attente interminable du Samedi Saint, la Vigile de Pâques vient nous faire passer de l’ombre de la mort à la Lumière sans déclin de la Résurrection du Christ. Les cloches et nos voix retentissent pour clamer la Victoire du Christ. Un chant d’exultation qui semble ne plus pouvoir s’arrêter, voilà le psaume 117 que nous chanterons à la Vigile et le Jour de Pâques.

Ce psaume nous est bien connu sans doute, mais savions-nous que le Christ lui-même l’a prié en clôture de la Sainte Cène ? Oui, il fait partie de ces « Hallel » que tout Juif prie en conclusion du repas pascal. Le rite liturgique fait alterner les voix du Roi, du peuple, des prêtres, (des Lévites). Il rappelle la Victoire éclatante du Seigneur qui a délivré son peuple de l’esclavage de Pharaon. Aujourd’hui, c’est d’une autre servitude que le Christ nous délivre, celle du péché. Ainsi, la figure du Roi s’éclaire : le Roi-Messie. Il a libéré son peuple et le conduit aux terres où ruissellent le lait et le miel. Seul l’amour du Seigneur pouvait obtenir une telle victoire, amour de pure gratuité, amour d’éternité, « hesed » en hébreu. Chantons avec le peuple : « Car éternel est son amour ! » (v. 1 et 2).

Le verset 16, « Le bras du Seigneur se lève, le bras du Seigneur est fort », porte encore les accents du Cantique de Moïse dans l’Exode (Ex 15, 6). Une autre traduction propose « la Droite du Seigneur » et rend plus perceptible le renvoi direct à l’exaltation du Christ. St Pierre annonce dans les Actes des Apôtres 5, 31 : « ce Jésus que vous aviez exécuté…, c’est lui que Dieu, par sa main droite, a élevé ». L’emploi du futur souligne cette victoire définitive de la vie sur la mort. Le Roi le confirme au verset 17 : « Non, je ne mourrai pas, je vivrai pour annoncer les œuvres du Seigneur ».

Enfin, les versets 22 et 23, appuient ce retournement opéré par le Seigneur : l’apparente défaite se change en victoire. « La pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle » (v. 22). À quoi nous pouvons répondre dans l’allégresse avec tout le peuple : « C’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux » (v. 23).

Seigneur, nous Te rendons grâce pour Ta victoire sur la mort. La vie l’emporte sur toute larme, sur toute mort. Ta Résurrection renouvelle de fond en comble la Création entière. Permets-nous de l’accueillir au plus profond de notre cœur. Qu’elle bouleverse nos vies. Fais de nous les apôtres, porteurs et témoins, de cette bonne nouvelle.

En ce temps de pandémie, n’est-elle pas l’espérance qui apaisera souffrance, douleurs, déchirements ? La seule espérance secrètement attendue au fond des cœurs ? La seule espérance qui réponde à notre dénuement face au fléau du covid 19 qui sévit sur tous les continents.

Oui, Seigneur, fais nous vivre de Ta Vie et nous marcherons sur une terre nouvelle et vers des cieux nouveaux.

Nous aurons demain, jour de Pâques le même psaume, psaume pascal par excellence. Mais ne manquons pas notre rendez-vous ! À demain…