4ème dimanche de l’Avent

4ème dimanche de l’Avent

Que nous livre la dernière enveloppe du calendrier d’Avent ? Peut-être l’étoile ? Oui, elle nous conduit vers Bethléem. La couronne d’Avent a ses quatre bougies allumées. Belle et chaude lumière qui attise notre impatience.

 

Au Seigneur, le monde et sa richesse,

La terre et tous ses habitants !

C’est lui qui l’a fondée sur les mers

Et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur

Et se tenir dans le lieu saint ?

L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,

Qui ne livre pas son âme aux idoles

et ne dit pas de faux serments ;

Il obtient du Seigneur la bénédiction,

Et de Dieu son Sauveur, la justice.

Voici le peuple de ceux qui le cherchent !

Voici Jacob qui recherche ta face !

(Psaume 23)

Le Psaume 23 que nous chantons et prions ce dimanche, nous montre à sa façon les derniers pas à parcourir. « Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! » Verset 1. C’est bien Lui que nous attendons, vers Lui que nous nous dirigeons. Mais « qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? » interroge le psalmiste. Au terme du Pèlerinage, un dialogue s’instaure entre les pèlerins désormais au seuil du Temple et le Prêtre, qui, de l’intérieur, rappelle les conditions de cette entrée. Le pèlerin, s’est-il véritablement préparé à cette rencontre ? Pour nous de même, nous savons bien qu’il ne suffit pas de quelques paroles aimables, de modestes gestes de partage.

Mais que la conversion vient du plus profond du cœur, de ce lieu d’intimité avec le Seigneur, de cette disposition à Le laisser Lui-même éclairer notre cœur. Conversion pour Le regarder, Lui, plus que nos maigres efforts. Le voir, Lui, toujours présent à nos côtés, même lorsque nous nous sommes absents et tournés vers d’autres horizons. Mais, passé notre examen de conscience, point de retours malsains sur nous-mêmes : le seul qui ait le cœur pur, c’est Jésus, « doux et humble de cœur ». Lui seul peut entrer, de droit, dans « la demeure sainte », le Royaume du Père. Mais voilà : à Noël, il vient placer sa demeure dans la crèche, au milieu de nous. Et qui entrera dans cette demeure ? Auprès de Marie, les pauvres bergers, et aussi les mages païens … Prenons les par la main et nous aussi, avançons confiants 

et en ces derniers jours d'attente, prions ensemble :

 

Seigneur Dieu, Roi du ciel et de la terre,

tu as fait entrer dans la nature humaine,

Jésus Christ, ton Fils unique et notre unique Sauveur.

Donne-nous de nous approcher de la crèche sans crainte

et de d’accueillir avec un cœur pur ce Roi de gloire,

afin qu’il nous reçoive sur la montagne sainte

où il règne près de Toi pour les siècles.