3ème dimanche de l’Avent

Dimanche rose : dimanche de la joie !

En ouvrant la troisième enveloppe de notre calendrier d’Avent, nous découvrons une surprise. Ce dimanche a une coloration particulière, et ce n’est pas abus de langage. Peut-être verrons-nous le prêtre revêtir, en ce dimanche, un ornement qui ne s’utilise que deux fois par an : un ornement rose ! La première fois c’est pour le 3ème dimanche que l’on appelle « Gaudete » et en Carême pour le 4ème dimanche « Laetare ». Au beau milieu de ces deux temps liturgiques qui nous conduisent à Noël ou à Pâques, ceci nous rappelle que notre préparation, si elle est sérieuse, n’est pas triste pour autant.

 

 

Alléluia ! Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !

Je veux louer le Seigneur tant que je vis,

chanter mes hymnes pour mon Dieu tant que je dure.

 

Ne comptez pas sur les puissants,

des fils d’homme qui ne peuvent sauver !

Leur souffle s’en va : ils retournent à la terre ;

et ce jour-là, périssent leurs projets.

 

Heureux qui s’appuie sur le Dieu de Jacob,

qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu,

lui qui a fait le ciel et la terre

et la mer et tout ce qu’ils renferment !

 

Il garde à jamais sa fidélité,

il fait justice aux opprimés ;

aux affamés, il donne le pain ;

le Seigneur délie les enchaînés.

 

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,

le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes,

le Seigneur protège l’étranger.

Il soutient la veuve et l’orphelin,

il égare les pas du méchant.

 

D’âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours !

 

 

Le psaume 145 est un « alléluia », le premier des cinq par lesquels se termine le psautier. Au verset 10, il proclame la souveraineté de Dieu sur l’histoire humaine : « D’âge en âge le Seigneur règnera ». Ce qui remplit nos journées n’est pas dominé par le chaos ou le destin. Les événements ne sont pas une succession d’actes privés de sens ou de but. En s’incarnant, le Seigneur est venu tout connaître de notre condition humaine et porter avec nous le fardeau. Il prend soin de sa créature.

 Quelle hymne pour chanter l’amour et la bonté du Seigneur 

 Mais avons-nous vraiment des raisons d’être dans la joie ? Le monde est en feu et tout près de nous peuvent se trouver discorde, jalousie, mésentente.

Alors, quelle joie ? La joie qui vient du fond de notre cœur, celle qui vient de Dieu. Joie de savoir que le jour de sa venue parmi nous approche. Il vient remplir notre cœur de son amour, de sa joie et nous sauver comme l’annonce le prophète Isaïe.

Le psalmiste nous le dit : il vient faire justice au verset 1, donner du pain aux affamés au verset 2, délier les enchainés au verset 3. N’en faisons-nous pas partie ? Quelquefois, nous pouvons avoir du mal à voir Dieu dans la vie de tous les jours, accepter que nous sommes tombés et que nous avons besoin du Seigneur pour nous redresser … La joie ? c’est que le Seigneur vient pour moi, vient dans ma vie, me relever, me consoler.

La joie nous vient de cette confiance que

le Seigneur est présent à nos vies,

même si les événements nous semblent contraires.

Le Pape François nous dit cela simplement : “Notre joie est paix parce que le désert où nous sommes est habité. Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas, celui qu’Isaïe annonçait et qui vient porter la bonne nouvelle aux pauvres” … “La joie est cette bonne terre qui fait pousser la vie avec de bons fruits.… La bénédiction et la joie sont ouverture au bien, un mouvement adulte du cœur… Il faut se réjouir des petites grâces avec un bonheur d’éternité… La vie devient belle quand on s’ouvre à la Providence… La force du sourire qui évangélise“.

Demandons à la Vierge Marie qui a porté Jésus en elle, quels gestes nous
pouvons faire ici et maintenant. Poser un acte qui transmette la Lumière du Christ, la lumière qu’est le Christ. Faire un acte de paix, en nous ou autour de nous, apporter une réconciliation, un geste qui « redresse l’accablé » Ps 145,8. Alors nous pourrons dire en vérité : « Notre Père, que Ton Règne vienne ». « Viens, Seigneur Jésus, vient nous sauver ».

et ensemble, prions cette semaine :

 

Dieu qui as fait le ciel et la terre et tout ce qu’ils contiennent,

nous prenons appui sur toi.

Nous croyons que le Christ accomplit encore ton œuvre de justice.

De lui, comme des pauvres,

nous attendons le salut.

Vois notre confiance en toi,

comme tu vois la faiblesse de notre foi aux jours d’épreuve,

penche-toi sur nous comme tu t’es penché sur la Vierge Marie

et viens encore nous sauver.